The Poppy robot for the KERAAL project

Cas client : le robot Poppy pour le projet KERAAL

Cette entrée a été publiée dans Notre Bureau d’études en Robotique de Service Professionnelle, et marquée avec , , , , le par .

Un nouvel avenir pour Poppy

Le robot Poppy Humanoid, une plateforme technologique imprimée en 3D, est aujourd’hui principalement destiné à l’éducation et à la recherche. Quelques possesseurs du robot l’utilisent dans d’autres domaines, comme notamment dans le monde artistique, mais ce genre d’utilisation reste aujourd’hui encore assez rare.

Acheter le robot Poppy Humanoid chez Génération Robots La plateforme Poppy pour la science
La plateforme Poppy pour l'art La plateforme Poppy pour l'éducation

Poppy se diversifie aujourd’hui en s’intéressant au monde hospitalier. En effet, on devrait le retrouver d’ici quelques années aux côtés des kinésithérapeutes dans les hôpitaux, en tant qu’assistant et coach, notamment pour ce qui a trait à la réhabilitation du dos.

La situation actuelle dans les hôpitaux

Aujourd’hui, les patients de kinésithérapeutes dans les hopitaux sont nombreux, et les personnes souffrant du dos représentent une grande part de ces patients. D’un autre côté, les kinésithérapeutes dans les centres hospitaliers ne sont pas toujours très nombreux. De ce fait, les patients sont parfois plusieurs à être pris en charge en même temps, mais surtout, ils sont parfois livrés à eux-même pour réaliser leurs exercices de rééducation.

C’est pour répondre à cette problématique que le nouvel assistant Poppy arrivera d’ici quelques années ! En effet, les séances peuvent devenir moins efficaces si les patients n’ont aucun retour sur les mouvements qu’ils effectuent, car ils ne savent pas s’ils effectuent les mouvements correctement.

Le robot Poppy répondra à cette demande en jouant le rôle d’assistant des kinésithérapeutes, et surtout un rôle de coach lors des séances d’exercices !

Ce ne sera pas la première fois que des technologies robotiques améliorent l’efficacité des soins. De nombreuses technologies existent déjà dans le domaine médical, comme les robots télé-opérés en chirurgie (exemple du robot Da Vinci).

Si on en revient au domaine de la rééducation et de la réhabilitation, les technologies proposées se concentrent sur l’aide aux patients à réaliser des exercices virtuels.

Armeo Therapy Concept

Mais ces robots sont souvent très chers, et la plupart des kinésithérapeutes travaillent sans ces technologies. Dans tous les cas, il n’existe pas encore de robot humanoïde assistant les kinésithérapeutes, Poppy serait donc un sacré pas en avant dans le monde de la réhabilitation !

Le projet KERAAL

Le projet répondant à ce besoin dans la réhabilitation de patients souffrant du dos est un projet européen du nom de KERAAL. Ce projet a été financé par le Septième programme-cadre de l’Union européenne pour la recherche et le développement technologique via l’accord de subvention No 601116. Il fait parti du projet ECHORD++ (European Coordination Hub for Open Robotics Development).

Logo ECHORD++

Il consiste, à partir du robot Poppy Humanoid, à créer un assistant afin que les patients soient toujours suivis.

Le robot sera capable de montrer les mouvements à effectuer pour chaque exercice, d’observer les patients et de leur dire si le mouvement a bien été effectué ou non. Ces sessions seront donc guidées par un robot amical et encourageant. En somme, un véritable coach !

Poppy, coach pour la rééducation en kinésithérapie

Ce projet est mené par une équipe pluridisciplinaire. Elle est composée par des ingénieurs du Bureau d’études en robotique de service professionnelle de Génération Robots, qui va développer la partie mécanique/électronique et interaction homme/robot (interaction vocale, gestuelle, vision…), des enseignants-chercheurs (de Télécom Bretagne) et par des professionnels de la santé (CHRU de Brest).

La polyvalence de cette équipe permettra de répondre de manière précise aux besoins spécifiques du projet KERAAL !

Testez l’application (Poppy Génération Robots Replayer) version Bêta.

#1 La démonstration des mouvements

Le robot Poppy exécutera des séries de mouvements préenregistrés aux patients afin qu’ils les reproduisent, tel un coach sportif ou un véritable kinésithérapeute. La démonstration des exercices ne se limitera pas à une simple démonstration visuelle, et le robot Poppy insistera également sur les points les plus importants de chaque mouvement.

Poppy, coach pour la rééducation en kinésithérapie

#2 L’observation des patients

Tel un kinésithérapeute, Poppy observera les patients effectuer les exercices à travers sa caméra, mais également grâce à des caméras Kinect qui permettront d’analyser au mieux les mouvements effectués. Poppy ne se limite pas à la seule démonstration !

#3 Les retours aux patients

Après avoir analysé les mouvements, le robot donnera son ressenti aux patients. Il indiquera par exemple aux patients s’ils effectuent les mouvements correctement ou non, et pourra ainsi les corriger. Cette partie fait toute la différence entre une simple vidéo montrant des séries d’exercices et un robot coach !

#4 La communication et les encouragements

Enfin, le robot sera programmé pour être amical et encourageant. Il est toujours plus agréable de travailler avec un coach souriant qu’un simple robot monotone ! L’interaction entre le robot Poppy et les kinésithérapeutes ou les patients est pensée afin qu’elle soit simple, agréable et efficace, tout en instaurant une relation de confiance entre les utilisateurs et le robot.

Cette solution permet de répondre à un besoin dans le domaine médical. Mais on peut facilement l’imaginer dans de nombreuses applications : sportives, artistiques… De manière générale, cette application permettra facilement de créer des mouvements ou des chorégraphies sur le robot, tout en pensant à l’interaction avec l’homme !

Conclusion

Poppy sera capable d’interagir avec les patients, et de mener une séance de réhabilitation à bien. Mais surtout, il sera capable d‘observer et d’indiquer aux patients si les mouvements sont bien effectués, ce qui n’est pas anodin. Au final, cette nouvelle technologie sera une réelle valeur ajoutée dans le monde hospitalier, afin de ne pas laisser les patients livrés à eux-mêmes.

Le projet KERAAL n’est pas là pour remplacer les kinésithérapeutes ou le personnel soignant. Le robot reste un assistant médical, et pourra peut-être même créer de nouveaux postes !

Et ça ne s’arrête pas là !

Cette solution permet de répondre à un besoin dans le domaine médical. Mais on peut facilement l’imaginer dans de nombreuses applications : sportives, artistiques… De manière générale, cette application permettra facilement de créer des mouvements ou des chorégraphies sur le robot, tout en pensant à l’interaction avec l’homme !